Relations bilatérales

Relations culturelles

Les relations franco-roumaines, dans leur ensemble, qu`il s`agisse du niveau politique, administratif ou bien économique, ont été fondées et développées, sans conteste, sur la base et dans le contexte tout à fait privilégié des relations culturelles.

Et si à partir de 1830 environ, tout le long du XIX-ème, et dans une large mesure à la première moitié du XX-ème siècle également, nous pouvons parler d`une classe politique ainsi que d`une intellectualité roumaines francophones et francophiles dans quasiment leur totalité, cela est dû notamment à ce tissage presque organique des relations culturelles entre les deux peuples. Relations qui autorisaient Charles Drouhet à affirmer dans La culture française en Roumanie (La Minerve française, 1920): «S`il existe un pays où le voyageur français ne se sent pas dépaysé, c`est bien la Roumanie». Tout au long de deux siècles d`histoire, cette sorte d` «organisme» culturel siamois est demeuré vivant grâce à la circulation, dans les deux sens, de la sève vitale que sont les idées et la création spirituelle. Si au début ce fut la France qui a le plus donné dans cet échange, au cours de XX-ème siècle elle se verra restituer d`abondance, plus particulièrement à travers les créateurs roumains intégrés à l`espace et à la culture française, une bonne partie de son «investissement» culturel en Roumanie.

Une quantité impressionnante de créateurs roumains ont été amenés à s`établir sur son territoire pour des raisons les plus diverses. Les écrivains sont les plus nombreux: Marthe Bibescu, Anne de Noailles, Panaït Istrati, Tzara, Voronca, Fondane, Gherasim Luca, Cioran, Eugène Ionesco, Eliade – pour ne citer que les personnalités les plus connues de tout un échelon auquel s`ajouteront un peu plus tard les noms de rescapés de la Roumanie communiste. Les comédiens ensuite, avec pour tête de liste Elvire Popescu, mais aussi Marie Ventura, de Max, Yonnel ou Mlle Nisan, sociétaires de la Comédie française. Les artistes ne seront pas non plus en reste, de même que les musiciens, les philosophes; l`on comptera parmi ceux-là les noms inoubliables de: Brancusi, Enesco, Lupascu, Matilda Ghyka.

A son tour, Bucarest, mis au goût de la modernité sous l`influence de l`architecture parisienne, avec sa vie sociale et artistique imbibé de culture française, prendra le sobriquet de «Petit Paris». Des professeurs français de grande notoriété vont enseigner dans les universités roumaines; certains parmi eux, tel Henri Jacquier, s`établiront définitivement en Roumanie.

C`est grâce à cette réalité historique que les Français découvrirent, par leurs média, en décembre 1989, pendant la Révolution Roumaine, un phénomène au moins bicentenaire, à savoir: qu`à l`autre bout du continent, à 2500 km seulement de Paris, il y avait un pays francophone par vocation et choix intellectuel.

A partir de cette réalité, après 1989 les relations culturelles franco-roumaines ont connu un véritable essor, renforcées par le Programme de Coopération Culturelle, Scientifique, Technique et Institutionnelle, partie intégrante du partenariat stratégique entre les deux pays.

Les institutions de coopération culturelle :

  • L`Institut français à Bucarest, créé en 1924 sur le modèle d’établissements similaires de Rome et d’Athènes ;
  • L`Institut culturel roumain à Paris;
  • Des Centres culturels français à Cluj-Napoca, Iasi, Timisoara;
  • Des Bibliothèques françaises à Craiova et Constanta;
  • Le Théâtre franco-roumain à Bucarest;

Des accords intervenus entre la Télévision roumaine d`une part et Canal France International, TV5 Europe et la Sept-Arte d`autre part assurent la présence française dans l`espace roumain. 
Radio Delta est devenue filiale de RFI et on peut parler d`une très forte coopération dans le domaine d`échange de programmes et d`émissions afin de rapprocher les auditeurs des deux pays, pour une connaissance réciproque de la langue et de la culture de deux pays.
Le nombre de traductions littéraires et scientifiques, des échanges artistiques, scientifiques et universitaires augmente de deux cotés d`une façon impressionnante.

La Roumanie et la France s`attachent à promouvoir dans chacun des deux pays la culture et l`image de l`autre en organisant des manifestations d`envergure dont la visibilité et l`impact sur de larges publics sont susceptibles de contribuer à établir et à maintenir de liens durables dans les domaines de la vie intellectuelle et artistique. Les recherches communes dans le domaine de l`archéologie, le programme «Nicolae Iorga» ou «Les belles Etrangères», destinés à favoriser les traductions et à promouvoir la littérature contemporaine roumaine et française ou le programme des manifestations théâtrales bilatérales franco-roumaines «Face à Face» (2001-2003) en sont seulement quelques exemples.

S`appuyant sur la tradition d`une Roumanie francophone, le réseau d`enseignement du français compte à cette heure 55 lycées bilingues et 27 universités où fonctionnent des filières francophones.

En même temps quelques centaines de jeunes roumains étudient chaque année en France. Depuis 1996, plus de 1200 étudiants et stagiaires roumains ont bénéficié de bourses du Gouvernement français, de différentes Collectivités territoriales, d`associations et d`entreprises ou encore de programmes européens pour effectuer une partie de leurs études en France.

La coopération universitaire bilatérale se développe.
11 lecteurs de français enseignent dans des universités de Bucarest, Brasov, Cluj-Napoca, Constanta, Craiova, Iasi, Timisoara et Suceava.
En France, l`enseignement de la langue roumaine est assuré par un réseau de lecteurs présents à Paris III, Paris IV, INALCO, Bordeaux III, Toulouse II, Aix-Marseille I, Nancy II, Montpellier III, Strasbourg II, Saint-Etienne.
Dans le domaine de la formation doctorale, le système de diplôme en co-tutelle est en pleine expansion.

En 1999 a été crée La Mission Franco-Roumaine d`Echange et de Formation.

 

Présentation à l’Ambassade des priorités de la Présidence roumaine du Conseil de l’UE

01/16/19

Présentation ce matin à l’Ambassade des priorités de la Présidence roumaine du…

Colloque à Strasbourg, 17-18 janvier 2019

01/10/19

L’Université de Strasbourg et l’Université de Lorraine organisent à…

Lancement de la Saison Roumanie-France et célébration de la Fête Nationale

11/26/18

A l’occasion de sa visite officielle à Paris pour l’inauguration de la Saison…