România

La Roumanie souhaite que certaines choses soient précisées au Conseil européen quant aux droits sociaux des travailleurs

Le Premier ministre Dacian Ciolos a déclaré lundi que la Roumanie souhaitait d'être trouvées les meilleurs solutions pour que la Grande-Bretagne reste à l'intérieur de l'Union européenne (UE), relevant en échange qu'elle désirait qu'au Conseil européen soient clairement précisées certaines choses sur la situation des travailleurs dans le Royaume Uni.

"Nous estimons que la proposition de la Commission est un bon point de départ pour régler les questions visant les droits sociaux des travailleurs. Quelques choses existent que la Roumanie souhaite voir préciser au cours de la réunion du Conseil, liées à la manière dont devra être appliqué le mécanisme de sauvegarde. Nous sommes intéressés à ce que celui-ci soit clairement appliqué dans des situations exceptionnelles, qui soient identifiées sur la base d'analyses très objectives, et pour un délai aussi court que possible. La même chose est valable pour l'autre sujet, visant les indemnités pour les enfants. Dans ce cas aussi nous souhaitons que ce mécanisme soit appliqué seulement dans l'avenir, à ceux qui y viendront travailler. Ce sont quelques points qui seront abordés au Conseil", a affirmé Dacian Ciolos à une conférence de presse conjointe avec le président de la Commission européenne, Jean Claude Juncker.

Le Premier ministre a précisé que ce sujet sera abordé à Bucarest lundi après-midi par le président du Conseil européen (CoE), Donald Tusk, à l'entrevue de celui-ci avec le président Klaus Iohannis, qui représentera la Roumanie au Conseil européen des 18-19 février.

"La Roumanie a déjà participé à différentes réunions de consultation et de préparation de la réunion du Conseil. M. le président Iohannis participera à ces réunions et le sujet est abordé aujourd'hui par M. le président Tusk avec M. le président Iohannis à Bucarest, mais M. le président Juncker sait - et je l'ai dit maintes fois - que la Roumanie souhaite que des solutions soient trouvées pour que la Grande-Bretagne reste dans l'UE", a ajouté Dacian Ciolos.

Le président de la CE, Jean Claude Juncker, a pour sa part relevé que les prestations sociales devraient continuer à être appliquées aux travailleurs qui se trouvaient déjà en Grande-Bretagne, alors que pour ce qui y viendront 'reste à voir".

"Quant au soi-disant problème de Brexit, j'ai dit très clairement que, selon moi, les mesures dont on avait décidé, avec la coopération de la Commission et de M. le président Tusk, répondaient aux sollicitations de la Grande-Bretagne. C'est une compréhension très correcte pour la Grande-Bretagne, les 27 autres États membres et le système de prestations sociales...Je suis d'avis que ce type d'assurances sociales devraient continuer à s'appliquer à ceux qui se trouvent déjà en Grande-Bretagne et, pour ceux qui s'y rendront, reste à voir. Les indexations des indemnités pour les enfants se trouvent elles aussi dans un horizon des débats et cette question sera abordée aussi", a affirmé Jean Claude Juncker.

Le Premier ministre Dacian Ciolos a abordé avec le président de la Commission européenne aussi la manière dont la Roumanie souhaitait aider la Rép. de Moldova à mettre en place les réformes assumées.

"Nous avons évoqué la Rép. de Moldova. J'ai expliqué à M. le président ce que la Roumanie souhaitait faire pour aider les citoyens et la Rép. de Moldova et l'actuel exécutif à appliquer les engagements de réformes formulés...La CE a assuré qu'elle aussi s'impliquera à ce soutien dans la mesure où le gouvernement de Chisinau prouvera qu'il veut réellement mettre en place ces réformes", a ajouté Dacian Ciolos.

Le Premier ministre Dacian Ciolos effectue les 15-16 février une visite à Bruxelles, où sont prévus des entretiens avec de hauts représentants de la Commission européenne et du Parlement européen, ainsi qu'avec des leaders des groupes du PE.

Le chef de l'exécutif a précisé à l'issue du premier jour que la visite effectuée à Bruxelles avait pour but de faire connaître les priorités du gouvernement aux hauts officiels avec lesquels des entrevues étaient programmées et de s'assurer que celles-ci "seront prises en compte et soutenues".

Source: l'Agence nationale de presse roumaine AGERPRES

 

Attentats du 13 novembre : deux ans après

11/13/17

Hommage aux jeunes roumains, Lăcrămioara POP et Ciprian CALCIU et aux autres 19…

Anniversaire de l’Armistice à Dieuze

11/12/17

Au nom de l’Ambassade et de l’Armée roumaine, l’attaché de défense adjoint, le…