România

Klaus Iohannis: Le bouclier anti-missile de Deveselu a un rôle strictement défensif

Le président Klaus Iohannis a déclaré jeudi que le bouclier anti-missile de Deveselu n'était pas orienté vers quelque pays, précisant que celui-ci avait un rôle défensif.

"Je dis encore une fois clairement: le système Aegis Ashore de Roumanie n'est pas orienté vers quelque pays, ayant un rôle strictement défensif. Il constitue une assurance de la défense de la Roumanie et des alliés européens contre de potentielles menaces à attaques balistiques venant de l'exterieur de l'espace euro-atlantique", a déclaré le chef de l'État au Palais de Cotroceni, à l'issue de l'entretien avec le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg.

Klaus Iohannis a apprécié la participation du secrétaire général de l'OTAN à la cérémonie qui devrait avoir lieu à Deveselu, relevant que l'événement marquait l'approfondissement de la coopération quant au Partenariat stratégique avec les USA, ainsi que la consolidation de la position de la Roumanie dans le cadre de l'Alliance.

"Votre présence en Roumanie, Monsieur Stoltenberg, reflète l'importance accordée par l'Alliance nord-atlantique à la Roumanie... J'apprécie particulièrement la participation de monsieur le secrétaire général Stoltenberg à la cérémonie d'inauguration de l'installation anti-missile de Deveselu d'aujourd'hui - qui marque tant l'approfondissement de la coopération dans le cadre du Partenariat stratégique entre la Roumanie et les États-Unis, que la consolidation de la position de la Roumanie dans l'OTAN, à l'horizon de l'intégration de cette installation au système de l'OTAN de défense anti-missile", a relevé le chef de l'État.

Selon celui-ci, "le système anti-missile rend la Roumanie plus sûre, mais aussi l'Europe".

"Ce système de Deveselu a strictement des capacités défensives, n'est orienté contre aucun État, ne peut pas être utilisé de manière offensive. Ce système s'encadre dans la logique...28 pour 28, c'est clair - chacun défend chacun, l'OTAN doit être préparée pour faire face à tous les défis, à tous les risques. Il ne s'agit pas de la Russie. Nous savons que la Russie utilise ces occasions pour être très vocale, mais ils (les Russes - n.r.) savent aussi bien que nous que le système n'est aucunement dirigé contre la Russie. L'OTAN doit être préparée à faire face aussi à d'autres incidents, venant d'une autre zone, située à l'extérieur de l'espace euro-atlantique. Je m'attends à ce que les autres éléments du système anti-missile qui seront installés - le prochain en Pologne - fassent face très bien à des menaces de ce type", a ajouté Klaus Iohannis.

Il a réitéré le soutien à la déclaration de la capacité opérationnelle initiale du système anti-missile de l'OTAN au Sommet de Varsovie, ainsi que pour la croissance du rôle de l'Alliance consistant à contrecarrer les nouveaux risques dans des domaines tels la défense cybernétique, le combat contre le terrorisme et la sécurité énergétique.

Le chef de l'État a souligné que la Roumanie demeurait un partenaire de confiance, impliqué de manière active dans l'adoption et la mise en place des décisions alliées, ajoutant que les actions du pays en témoignaient en permanence.

"La Roumanie remplit intégralement les engagements assumés au Sommet de l'OTAN de Pays des Galles, ce qui prouve que nous sommes un allié crédible. Une preuve à cet égard est la promesse accomplie d'accroître le budget pour la défense, jusqu'au niveau de 2% du PIB l'an prochain", a relevé le chef de l'État.

Klaus Iohannis a ajouté qu'il était important d'assurer une présence crédible et prédictible des forces alliées sur le flanc oriental, avec la réalisation de l'équilibre entre la composante nord et celle sud du flanc. "Dans ce même contexte, nous souhaitons l'établissement du cadre d'une présence alliée navale permanente à la mer Noire - certes, avec l'observation des dispositions de la Convention de Montreux. Je crois qu'il serait opportun d'agréer une solution pour réaliser des activités communes de formation des forces alliées dans la région", a affirmé Klaus Iohannis.

Il a salué les progrès censés consolider le rôle de l'OTAN dans le combat contre les menaces hybrides et a fait état de son espoir que l'Alliance parviendra à une vaste approche en la matière, complémentaire aux efforts fournis au niveau de l'UE.

Source: l'Agence nationale de presse roumaine AGERPRES

 

Attentats du 13 novembre : deux ans après

11/13/17

Hommage aux jeunes roumains, Lăcrămioara POP et Ciprian CALCIU et aux autres 19…

Anniversaire de l’Armistice à Dieuze

11/12/17

Au nom de l’Ambassade et de l’Armée roumaine, l’attaché de défense adjoint, le…