România

La Roumanie est consciente qu'elle devra s'impliquer pour les Roumains de Grande-Bretagne et elle le fera

La Roumanie est consciente qu'elle devra s'impliquer pour les Roumains de Grande-Bretagne et elle le fera; la décision du peuple britannique, que le Royaume-Uni quitte l'Union européenne (UE) devait être abordée avec lucidité et calme, a déclaré mardi, à Bruxelles, le président Klaus Iohannis.

Dans ce contexte, le chef de l'État a évoqué les priorités de la Roumanie et la manière dont devrait être abordé ce moment de crise à l'échelle européenne.

"Il y a assez de choses à négocier. Je pense aux Roumains qui vivent et travaillent en Grande-Bretagne et pour lesquels nous envisageons de nous impliquer", a affirmé le président dans une interview transmise par la chaîne Digi 24. "Si les Roumains souhaitent travailler là-bas, il est bien d'avoir des conditions équitables et pour ceux qui s'y sont établis la négociation devrait être menée dans le sens qu'ils n'aient à perdre suite à ce mouvement", a précisé Klaus Iohannis.

Il a recommandé du calme dans l'évaluation de cette situation. "Ce n'est pas le cas que quelqu'un entre en panique. La Roumanie est consciente qu'elle faudra s'impliquer pour les Roumains de Grande-Bretagne et elle le fera", a ajouté le chef de l'État.

Le président a relevé que la Roumanie et la Grande-Bretagne avaient des points de vue très rapprochés visant des questions de politique étrangère et de sécurité.

Au niveau européen, Klaus Iohannis a précisé que les pays de l'UE avaient pour le moment des opinions différentes sur le Brexit. 'Dans les prises de positions publiques existent des opinions un peu différentes. Les uns souhaitent que la Grande-Bretagne soit pressée, qu'elle parte immédiatement, d'autres suggéreraient en échange qu'il serait bien d'attendre très longtemps", a dit le président de la Roumanie.

Il a également souligné qu'on ne pourrait "rien négocier jusqu'à l'apparition d'une sollicitation écrite de la Grande-Bretagne (de quitter l'UE - n.r.)". "Il est peu probable d'avoir jusque l'automne prochain un document sur lequel on puisse négocier", a ajouté Klaus Iohannis.

Le chef de l'État roumain a relevé que cette situation devait être abordée avec "lucidité". "Ce n'est pas le cas de nous dépêcher trop. Il est bien d'aborder les choses calmement, avec beaucoup de lucidité et, s'agissant de la Grande-Bretagne, qu'un décide qu'elle parte ou qu'elle reste, le Royaume-Uni demeure un partenaire très important pour l'UE et pour la Roumanie et je pense qu'il serait très +fair+ de préparer ce mouvement très bien et de faire résulter, autant que possible, une situation au bénéfice de toutes les parties", a précisé le président de la Roumanie.

Répondant à la question de savoir comment il s'expliquait le vote des Britanniques de quitter l'UE, Klaus Iohannis a dit que des réponses à ce sujet seraient "douloureuses" et qu'elles seront apprises dans l'avenir.

"Ce sont des questions auxquelles il faudra trouver de nouvelles réponses, ensemble. Ce sont des réponses parfois douloureuses et qui ne seront pas trouvées rapidement. Mais j'espère d'avoir la capacité d'accepter ces questions et trouver les réponses correctes", a conclu le chef de l'État roumain.

Source: l'Agence nationale de presse roumaine AGERPRES

 

Attentats du 13 novembre : deux ans après

11/13/17

Hommage aux jeunes roumains, Lăcrămioara POP et Ciprian CALCIU et aux autres 19…

Anniversaire de l’Armistice à Dieuze

11/12/17

Au nom de l’Ambassade et de l’Armée roumaine, l’attaché de défense adjoint, le…