România

L'Égypte est intéressée à apprendre de l'expérience de la Roumanie dans la transition à la démocratie

L'Égypte respecte l'expérience de la Roumanie dans le domaine de la transition pacifique à un État de droit, démocratique et stable et il est dans son intérêt d'apprendre de cette expérience par l'intermédiaire de projets d'assistance visant la réforme des institutions égyptiennes qui pourraient être financés par l'UE et l'ONU, a déclaré ce mardi le chef de la diplomatie du Caire, Nabil Al-Arabi, lors de la conférence commune de presse avec le ministre roumain des Affaires étrangères, Teodor Baconschi.

"Nous respectons l'expérience roumaine dans le domaine de la transition et nous voulons apprendre de cette expérience", a dit le ministre Al-Arabi, ajoutant que les autorités du Caire sont intéressées au développement aux côtés de la Roumanie de certains projets d'assistance institutionnelle pour la formation du personnel égyptien conformément aux règles d'un État démocratique et de droit.

D'ailleurs, le ministre Baconschi a transmis à son homologue des informations sur une série de tels projets qui pourraient être développés avec des institutions spécialisées de Roumanie et l'officiel égyptien lui a remercié. Celui-ci a ajouté que ces projets seraient analysés par les autorités compétentes et, ensuite, des demandes de financement seraient adressées à l'UE et l'ONU, qui ont récemment promis d'allouer des fonds pour les réformes démocratiques dans ce pays.

"La Roumanie et l'Égypte ont une relation fructueuse, des relations diplomatiques se développent depuis plus d'un siècle entre les deux pays. Nous souhaitons élargir le cadre de cette collaboration dans le contexte de la nouvelle situation politique en Égypte. Nous sommes prêts à vous aider dans le processus de transition pacifique, de réforme des institutions et d'élaboration d'une nouvelle Constitution. (...) Nous avons eu la même transition de la dictature à une société ouverte. Vous n'êtes pas seuls, vous avez en nous un ami solidaire et solide", a déclaré l'officiel roumain.

Teodor Baconschi a déclaré que les Égyptiens doivent oeuvrer à l'édification d'une société censée intégrer tous ses citoyens et mettre en place des institutions politiques plus représentatives qui parlent au nom de la société entière. Par ailleurs, il a dit qu'il fallait faire preuve de patience dans ce processus difficile de construction d'une société démocratique qui peut durer des années.

La Roumanie considère que l'Égypte est un acteur primordial dans la zone du Moyen Orient et espère que les nouvelles autorités du Caire maintiendront la même approche constructive dans le processus de paix israélo-arabe, a déclaré le chef de la diplomatie roumaine.

"Nous considérons que l'Égypte est un acteur primordial dans la zone et nous espérons que les nouvelles autorités maintiendront la même approche constructive dans le processus de paix. L'Égypte est très important pour les évolutions au Moyen Orient et nous avons des opinions convergentes à l'égard de toutes ces questions", a déclaré le ministre Baconschi.

Pour sa part, le ministre Nabil El-Arabi, qui assumera cette année le mandat de secrétaire général de la Ligue des États arabes (LEA), fonction exercée à présent par Amr Moussa, a tenu à assurer que l'Égypte continuerait de respecter son statut de membre fondateur de l'organisation, qui regroupe les 22 pays arabes, ainsi que celui d'hôte de la LEA, le siège de la ligue étant au Caire. 'Ce que LEA fait se reflète aussi en Égypte. Lorsqu'il s'agit de l'intérêt commun des 22 pays membres, il inclut aussi l'Égypte', a dit Nabil El-Arabi.

L'officiel roumain a mentionné que la bonne relation bilatérale entre la Roumanie et l'Égypte peut être également utilisée pour la consolidation du dialogue entre l'Égypte et l'Union européenne, les deux officiels discutant aussi de la situation du partenariat entre l'UE et les autres pays de l'espace méditerranéen (Euro-Med) et la création d'un espace de libre échange dans cette région. "Nous voulons mettre en place un nouveau cadre plus ambitieux et structurel du dialogue entre l'UE et l'Égypte et dans la Méditerranée et je crois que l'expérience bilatérale aidera à ce desideratum", a affirmé Baconschi.

Les deux officiels ont également discuté de la consolidation des échanges économique entre les deux pays, dont le niveau s'est élevé à environ 277 millions de dollars en 2010. Une nouvelle session de la Commission mixte roumano-égyptienne de coopération économique, scientifique et technique sera organisée au cours de cette année et le ministre Baconschi s'est référé à la possibilité que les hommes d'affaires d'Égypte participent à l'édition de l'année prochaine, à Abu Dhabi, du Forum économique Roumanie - Conseil de Coopération du Golfe (CCG). Le ministre des Affaires étrangères a également annoncé que grâce à la modernisation de la Section consulaire de l'Ambassade de Roumanie au Caire selon les standards Schengen, les hommes d'affaires égyptiens pourraient se voir accorder le visa pour la Roumanie dans un délai de 48 heures.

Le ministre roumain des Affaires étrangères, Teodor Baconschi, effectue du 13 au 16 juin une tournée en Afrique du Nord, qui le conduit en Égypte et en Tunisie.

Source: l'Agence nationale de presse roumaine AGERPRES

 

Attentats du 13 novembre : deux ans après

11/13/17

Hommage aux jeunes roumains, Lăcrămioara POP et Ciprian CALCIU et aux autres 19…

Anniversaire de l’Armistice à Dieuze

11/12/17

Au nom de l’Ambassade et de l’Armée roumaine, l’attaché de défense adjoint, le…