România

Bogdan Aurescu a fait valoir lors de la réunion du SEECP les évolutions positives dans les États de l'Europe

Le secrétaire d'État aux Affaires européennes, Bogdan Aurescu, a fait valoir, lors de sa participation Sveti Stefan, au Monténégro, à la XIVe réunion de haut niveau du Processus de Coopération en Europe du sud-est (SEECP), les évolutions positives enregistrées par les États membres de ce format régional, spécialement dans la sphère des réformes au plan intérieur et dans la relation avec l'Union européenne.

Il a mis en relief les pas décisifs faits par la Croatie, dans sa relation avec l'UE, par l'achèvement des négociations d'adhésion, respectivement l'arrestation de l'ancien général serbe Ratko Mladic, mesure qui a prouvé la résolution de Belgrade, à propos de l'adhésion a l'UE, selon un communiqué du MAE.

Le dignitaire roumain a fait valoir « les progrès remarquables et la détermination de nos partenaires de Chisinau, pour ce qui est de la réalisation de l'objectif stratégique de l'intégration européenne ».

Il s'est en même temps référé au rôle constructif et aux opportunités offertes par la coopération régionale à la consolidation de la démocratie et de la prospérité dans la région, soulignant le soutien de la Roumanie à la coopération transfrontalière au niveau décentralisé, y compris par une participation active de la société civile.

« La coopération régionale est un instrument-clé pour l'Europe du sud-est (...) une pierre de touche de l'édification de la confiance et de la réconciliation, dans une région confrontée à problèmes, par l'intermédiaire du dialogue politique (...) aidant à une meilleure approche des défis communs (crime organisé, corruption, migration, etc.)... », a précisé l'officiel roumain.

Bogdan Aurescu a souligné le fait que 'l'Europe de l'avenir ne saurait être complète en l'absence de ses membres qui viendront d'Europe du Sud-Est, le principal but de la Roumanie étant « la réalisation d'une coopération plus intense et d'une intégration accrue', selon la source citée.

Dans son intervention, Bogdan Aurescu a mis en exergue l'enthousiasme avec lequel le ministère roumain des Affaires étrangères a salué l'approbation, par le Conseil européen du 24 juin 2011, de la stratégie de l'UE pour la région danubienne. Le dignitaire roumain a fait valoir que « l'application effective de la stratégie sera essentielle pour la transformation de ce projet en une histoire à succès, pour les habitants de la macro-région danubienne ». Il a réitéré l'engagement de la Roumanie en ce qui concerne la sécurité énergétique régionale, aspect crucial du développement économique de l'Europe du sud-est.

Dans le contexte, Bogdan Aurescu a souligné l'intérêt de Bucarest au développement des projets énergétiques essentiels pour l'ouverture du corridor énergétique entre la mer Caspienne et la mer Noire, à savoir les gazoducs Nabucco et AGRI (Azerbaïdjan-Géorgie-Roumanie) et l'oléoduc PEOP, selon le communiqué du MAE.

Les discussions dans le cadre de la réunion tenue au Monténégro, en sa qualité de président en exercice du SEECP, ont principalement abordé les évolutions politiques, en Europe du sud-est, y compris de la perspective de la relation avec l'Union européenne et l'OTAN. Les hauts responsables participants ont également traité du thème de l'intensification de la coopération régionale et de la consolidation du SEECP, en tant que principal forum politique régional. Les participants ont adopté une déclaration de la XIVe réunion de haut niveau du SEECP et le rapport annuel du secrétaire général du Conseil de la Coopération Régionale - organe opérationnel du SEECP. La déclaration reconfirme l'engagement des États participants aux valeurs démocratiques, à la coopération régionale et aux relations de bon voisinage en tant que principes fondamentaux du SEECP. Les États participants au Processus confirment ainsi la volonté politique d'avancer dans le processus d'intégration dans l'UE, ainsi que l'intérêt dans le maintien, par l'OTAN, de sa politique des portes ouvertes, selon le communiqué cité.

Le SEECP est une structure de coopération régionale non institutionnalisée, l'unique forum politique du sud-est européen, géré en exclusivité par les États de la région. Il fut créé en 1996, jetant ainsi les bases d'une nouvelle forme de coopération, à l'issue de l'apparition de nouveaux États sur le territoire de l'ex-Yougoslavie. Le SEECP peut être considéré comme étant le continuateur de l'Entente Balkanique, lancée pendant l'entre-deux-guerres par le diplomate et homme politique roumain Nicolae Titulescu, reprise, après la seconde guerre mondiale, sous la forme des conférences des ministres des Affaires étrangères réunissant la participation de l'Albanie, de la Bulgarie, de la Grèce, de la Roumanie, de la Turquie et de la Yougoslavie. Actuellement, le SEECP comprend l'Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, la Croatie, la Grèce, la Macédoine, la République de Moldavie, le Monténégro, la Roumanie, la Serbie, la Slovénie et la Turquie.

Le Monténégro avait relayé la présidence en exercice de la Turquie, le 23 juin 2010, lors d'un sommet tenu à Istanbul. Le 23 octobre 2008, le Monténégro signait la Charte du SEECP, à Bucarest, la Roumanie étant le dépositaire de la Charte.

 

Source: l'Agence nationale de presse roumaine AGERPRES

 

 

Attentats du 13 novembre : deux ans après

11/13/17

Hommage aux jeunes roumains, Lăcrămioara POP et Ciprian CALCIU et aux autres 19…

Anniversaire de l’Armistice à Dieuze

11/12/17

Au nom de l’Ambassade et de l’Armée roumaine, l’attaché de défense adjoint, le…